Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Être ou ne pas être ? ...

Publié par Vieille garde sur 24 Juin 2013, 10:47am

... Voila la question ...

Voici deux extraits d'articles de journaux relatant deux manifestations ce dimanche à Paris. L'une "antifasciste", l'autre anti-mariage gay et pour la libération du jeune nicolas Bernard-Busse incarcéré arbitrairement par un justice aux ordres.

L'une extrêmement violente haineuse et appelant au meurtre, l'autre pacifique ne demandant que justice soit rendue.

L'une dont le ministre de l'intérieur "espère" que les casseurs "soient identifiés, interpellés et déférés devant la justice" (laquelle ?), l'autre "encadrée par d'importantes forces de police".

En faisant la comparaison entre "les tenues vestimentaires" des fascistes et des antifascistes, on s'aperçoit que la lisière est extrêmement mince entres ces deux groupuscules aussi violents l'un que l'autre. La seule différence et néanmoins notoire c'est que l'une est bannie et traquée par le pouvoir, l'autre au contraire est choyée, encouragée même. Sauf que l'extrême gauche est bien plus violente que son extrême à droite. Seulement, à gauche comme à droite d'ailleurs les politiques font mine de l'oublier. Je vais quand même leur rafraîchir la mémoire en relatant deux crimes odieux perpétrés par par Jean Marc Rouillan et Nathalie Ménigon "d'Action directe" qui ont lâchement assassinés l'inspecteur général de l'armement, le général Audran en février 1985 et le PDG de Renault, Georges Besse en novembre 1986.

Enfin, réjouissons-nous notre sémillant ministre de l'intérieur Manuel Valls "a condamné ces actes de vandalisme", commis, certainement par des "petits sauvageons". C'est là l'essentiel....

______________________________________________________________________________

  • Le Figaro : Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche après-midi à Paris pour dénoncer le fascisme, une quinzaine de jours après la mort de Clément Méric.De nombreuses vitrines ont été brisées sur leur passage.

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a «condamné avec force les actes de vandalisme commis en marge du rassemblement parisien». Le ministre espère que les responsables de ces dégradations soient «identifiés», «interpellés» et «déférés dans les meilleurs délais devant la justice». «Au passage du cortège, de nombreuses vitrines, notamment d'établissements bancaires, ainsi que du mobilier urbain ont été saccagés par des casseurs qui ne respectent pas l'esprit de ce rassemblement», a notamment décrit le ministre.

Un cortège dense et hétéroclite s'est élancé vers 15 heures de la place de l'Opéra (IIe), rassemblant des militants de partis politiques (NPA, Parti de Gauche), des groupes anarchistes, des associations (Attac, SOS homophobie) et des syndicats (Unef, CGT).

  • Le Figaro : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche soir à Paris pour soutenir l'opposant au mariage homosexuel condamné à deux mois de prison ferme et écroué mercredi. Les manifestants se sont tout d'abord rassemblés, à l'appel de la Manif pour tous, place Dauphine (Ier), en criant "Libérez Nicolas".

Nicolas Bernard-Busse, étudiant parisien de 23 ans, arrêté il y a une semaine sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris après une manifestation et poursuivi pour rébellion, a été condamné mercredi à quatre mois de prison dont deux ferme et immédiatement incarcéré.
Les manifestants ont ensuite traversé la Seine en direction du Quartier Latin (VIe) suivis et précédés par d'importantes forces de police qui ont finalement scindé le cortège.
Les derniers manifestants, soit une centaine de personnes, ont ensuite été encadrés par la police par petits groupes d'une dizaine de personnes et conduits vers le métro Saint-Placide rue de Rennes.
Peu avant 23h30, la préfecture de police ne faisait état d'aucune interpellation. En début de soirée, 1.500 personnes ont défilé à Lyon, également en soutien à Nicolas Ber
nard-Busse.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents