Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Bienvenue dans la "Ripoublique bananière !!!

Publié par Vieille garde sur 4 Septembre 2014, 12:59pm

Catégories : #Actualité

Quand on se fait appeler lors d'une interview, sur BFM.TV par Jean Jacques Bourdin, François Hollande et non Monsieur le Président, à tout le moins Monsieur Hollande, sans sourciller, je me dis que les institutions sont bafouées par celui-là même qui les incarnent. Quand j’entends depuis 24 heures, sur toutes les radios et chaînes de télé, les bribes du déballage "extra concubin" d'une femme en mal de revanche, je me dis que les institutions foutent le camp. Quand j'apprends que le CONseiller (et oui dans conseiller il y a con) du président, fidèle toutou qui le suis, avec la brosse à reluire, jusque dans la salle de bain, traversant la chambre d'amour alors que madame est au lit, je me dis qu'il y a quelque chose de pourri dans cette république devenue bananière sous la houlette de ce président.

Vous aurez reconnu le conseiller en la personne de Claude Sérillon que le patron de l'Élysée a remercié depuis en le renvoyant à son maître, Michel Drucker qui nous le remontrera tout guilleret, n'en doutez pas, dans la fameuse émission "Vivement que ça finisse", pardon "Vivement dimanche".

Il parait que le président est dans tous ses états, il est consterné, "le pauvre". Tout cela n'est pas bon pour une hypothétique remontée dans les sondages. Que les femmes sont vaches n'est-ce pas ?... Je plaisante. Il n'empêche que les grands gagnants dans cette affaire ce sont l'éditeur allemand du roman à l'eau de rose (sans jeu de mot pour le parti) et bien entendu "le grand hebdomadaire Paris Match" dont les ventes vont décupler cette semaine. Quand aux faux-culs de politiciens de droite comme de gauche qui annoncent crânement qu'ils n'achèteront le livre sous aucun prétexte, croyez-moi, ils l'ont tous déjà lu.

Par contre, une expression, formulée en forme de blague par ce pédant, me reste au fond de la gorge pour le restant de mes jours c'est celle de traiter les pauvres de "sans dents". Et bien oui, les pauvres sont bien souvent sans dents, tout au moins en grande partie, heureusement ils ont leur dignité pour eux. A cause de cela ce président vient de perdre la sienne. Tout au moins en ce qui me concerne.

Pauvres ils le sont à cause de ce monsieur et de ses copains de la "gôche caviar" qui jusqu'à ce qu'ils en crèvent auront vécu au frais des "sans dents". Car ce monsieur qui se pavane dans son château aura vécu depuis sa naissance à aujourd'hui et jusqu'à sa mort au frais des CONtribuables, avec et sans dents. D'abord à l'école publique de Jules Ferry, puis au collège, au lycée et à l'ENA (l'École Nationale des Abrutis, pour certains) pour ensuite être élu député, puis secrétaire du PS et finir à l'Élysée. Toujours à ne rien foutre, au dire de ses "amis" et toujours aux frais de "la princesse, avec puis sans dents".

Lui, le caviar, il a les moyens et les dents pour le déguster à grande louches pendant que dans la France qu'il a mis à genoux, il y a 10 millions de "sans dents" et 5 millions de chômeurs dont un grand nombre les perdra ...les dents.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents