Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Publié depuis Overblog

Publié par Vieille garde sur 10 Décembre 2014, 15:23pm

Catégories : #Politique

Repentance, réparation et tout et tout ...

Au lieu de demander à l'Allemagne réparation des crimes commis par le régime nazi envers les victimes de la Shoah, les descendants "américains" de certaines de ces victimes qui n'ont d'ailleurs rien de françaises pour avoir quitté l'Allemagne hitlérienne en se réfugiant en France, cette France qui par ailleurs a plus que bien protégé les juifs pendant l'occupation et bien les descendants  demandent à la SCNF, contrainte et forcée par l'occupant de convoyer les juifs déportés à la Frontière et non dans les camps en Allemagne, de les indemniser de la bagatelle de 60 millions de dollars !!

Bien évidemment  ce n'est pas la SNCF qui va se charger de faire le ou les chèques mais l'État français donc "notre pomme". Remarquez que cela ne change pas grand chose quand on sait que les déficits successifs de "cette merveilleuse entreprise" travaillant à perte sont effacés par les CONtribuables.

Il ne reste plus (ça ne saurait tarder) qu'aux descendants des milliers de victimes algériennes massacrées par ... le FLN, soi même, demander réparation à la France pour cause de génocide organisé sur le peuple algérien par sa propre armée, l'ALN. Chose que l'on fera aussi facilement que nos politiques à baisser leur froc.

Le travail "dominical"

La polémique qui divise les syndicats, les politiques et les salariés sur le travail du dimanche me fait doucement rigoler.

D'abord les syndicats, censés représenter l'intérêt des salariés et qui s'opposent à l'amélioration du  salaire et donc du pouvoir d'achat de beaucoup d'entre eux en leur interdisant de travailler le dimanche, soit : Travailler plus pour gagner plus.

Ensuite les politiciens, plus souvent ceux classés à "gôche" toute, qui sont adeptes inconditionnels "du progrès" et qui mettent le bâton dans les roues des électeurs qu'ils sont censés défendre en leur "sucrant" le travail le dimanche. Ces mêmes politiciens, farouches défenseurs de la laïcité (à sens unique) qui  interdisent l'exposition publique de crèches, alors même qu'ils veulent faire perdurer une coutume catholique : "le jour de Seigneur transformé en repos dominical". Il faut quand même le faire, non ?

Pour finir les salariés. Il y a ceux qui, travaillant dur et jusque tard 5jours, voire 6 jours sur 7, sont très heureux de faire quelques emplettes le dimanche et sont donc bien contents de trouver des magasins et autres petites boutiques ouverts. Et puis il y a ceux que je défends bec et ongles, ceux qui "veulent travailler le dimanche pour arrondir les fins de mois rendues difficiles par une fiscalité socialiste pure et dure. Ou encore ceux (plus nombreux) qui n'en ont rien à foutre du dimanche chômé pour peu que "le jour du Seigneur" soit compensé par un ou deux autres jours de la semaine en plus des compensations salariales. Il me semble que ce devrait être un droit fondamental que celui de pouvoir travailler comme bon leur semble et non subir l'agression, le mot est faible, de trublions syndicalo-politiques bon à pas grand chose et même à rien, sinon à emmerder leurs concitoyens.

Et quand j'en entends certains dire "que cela va créer des milliers d'emplois", d'autres affirmer "qu'au contraire cela va en détruire", d'autres encore "que cela ne rendra pas de travail aux 5 millions de chômeurs", tous se mettent le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Seule  une chose  est certaine : "La liberté pour les salariés de décider de leur propre sort et donc décider, SEULS, quand travailler et quand prendre du repos".

Personne, en tout cas pas le législateur et encore moins les syndicats plus enclins à la destruction d'emplois qu'à la défense des salariés, ne devrait pouvoir s'immiscer dans la décision personnelle et privée de disposer de son temps le dimanche "qu'il soit travaillé ou chômé". Marre, à la fin, des interdictions à la con et des décisions absurdes prises par des inconscients doublés d'incompétence. Point barre.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents