Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


« Il y en a avec, d’autres sans » …

Publié par Vieille garde sur 2 Juillet 2015, 17:02pm

Catégories : #Actualité

En France nous avons un président qui n’en a pas !!
En Allemagne ils ont une chancelière qui en a !!
Je crois que vous avez deviné de quoi je veux parler ?
Plus sérieusement, je pense que notre président « moi, je … » par solidarité socialiste tient à ce que la Grèce reste arrimée au bateau européen et tant pis si les CONtribuables français et européens continuent de suer pour un pays qui ne veut pas se réformer. Dans le même temps la Chancelière, poussée par son parti, son opposition et sa population qui en a marre de raquer et par pragmatisme dit non à Tsypras, à juste titre. Voilà pourquoi certaines en ont d’autres en Europe n’en ont pas, ou plus.
Le premier ministre grec Alexis Tsypras joue, depuis des mois, au jeu du chat et de la souris avec ses homologues européens. Mais là il vient de prendre une gifle de la part de la Chancelière Angéla Merkel qui l’a mis devant ses responsabilités c’est-à-dire l’obliger à aller jusqu’au bout du référendum qu’il a lui-même proposé au peuple grec, lui suggérant de voter « non » aux réformes proposées par les européens. Il s’est pris au piège qu’il essayait de tendre à l’Europe. En effet, si le peuple répond en masse « non » la banque centrale (BCE) coupera les vivres aux banques et ce sera la banqueroute de la Grèce. Et si, comme cela semble possible, la réponse est « oui » car une majorité de Grecs veulent rester dans l’Europe. J’ai envie de dire « et pour cause ». Dans les deux cas il devra, s’il est honnête, démissionner avec son gouvernement. Parce que dans la première option, le non, il aura fait sortir son pays de l’Euro, dans la seconde option, le oui, parce qu’il aura été désavoué par le peuple. Et comme la Grèce est le plus vieux pays démocratique du monde, il ne peut faire autrement que de jeter l’éponge.
Ce matin aux infos sur BFMTV deux grecs étaient interviewés. Le premier disait voter non au référendum à cause des réformes leur demandant encore des efforts tout en voulant rester dans l’Europe. La deuxième allait voter oui pour, elle aussi, rester dans l’UE mais qu’il fallait effacer d’un trait de plume, la dette !! Pourquoi ? Pour bénéficier des fameux « euros salvateurs » bien sûr !!
Résumons, on efface la dette, ils (les Grecs) continuent à ne pas se réformer et on réapprovisionne leurs banques jusqu’à ce que la dette redevienne à l’état actuel (438 Mrds dont la moitié des créances, est à la charge de 4 pays sur 27 : L’Allemagne, La France, l’Italie et l’Espagne). Ce qui revient à dire que les Grecs veulent le beurre, l’argent du beurre, la confiture le … de la fermière des CONtribuables de l’UE ….

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents