Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


L’actu expliquée ... Pour les nuls # 4

Publié par Vieille garde sur 3 Octobre 2015, 18:03pm

Catégories : #Actualité

 En « sociétalie » tout est permis !!!

Grand chambardement in Île de France où la campagne des régionales bat son plein, Claude Bartolone candidat parachuté par « Moi, je … » ne s’occupe pas de persuader les électeurs franciliens de voter pour lui, non il cherche des poux dans la tête de Valérie Pécresse à qui il reproche « d’avoir stocké des tracts dans une mairie de Seine-et-Marne !! Tu parles d’un scandale !! Il y a tromperie sur la marchandise !!!!

Par contre ce petit rigolo vole (le mot n’est pas assez fort) allègrement le CONtribuable. Je vous laisse juges : Il s’est fait remplacer au perchoir de l’Assemblée nationale (campagne oblige) mais ce malhonnête continue de percevoir ses indemnités comme si de rien n’était. De plus comme c’est le quatrième personnage de l’état, le bougre, il continue à utiliser, je dirais même abuser, des privilèges attachés à sa fonction, c'est-à-dire : « voitures de fonction, gardes du corps, personnel administratif, et même des locaux de l’Hôtel de Lassay utilisés pour recevoir des élus franciliens ». Voilà comment en « sociétalie » on mène une campagne électorale aux frais du CONtribuable. Après cela, on va emmerder un ancien président pour dépassement de comptes de campagne dont l’argent vient des militants de son parti !! Cherchez l’erreur …

(Sources : Valeurs Actuelles)

Guerre psychologique !!!

Je ne sais si vous avez remarqué l’attaque virulente des politiciens occidentaux (Fabius l’endormi, Obama, …), j’en passe et de moins véreux, non sans oublier tous « les spécialistes » journalistiques qui voient se dérouler les évènements du Proche-Orient en costume trois pièces, le cul vissé sur leur fauteuil dans les rédactions de leurs torchons ou dans les studios de télévisions aux ordres. Ils reprochent à Vladimir Poutine, non seulement de ne pas frapper des cibles de « Dach » (comme disent les sociétalistes Hollande et Fabius) mais des « rebelles », faisant bien entendu des dégâts collatéraux envers les civils. La propagande de la cinquième colonne élyséenne nous bombardant d’images télévisuelles de morts et de blessés victimes de ces frappes tourne à plein régime !! Sauf que, les centaines, voire les milliers de groupuscules qui font la guerre au régime de Bachar el Assad sont en quasi-totalité des terroristes purs et durs (voir ci-dessous les principaux groupes).

De plus, sachant que ces terroristes investissent les villages en massacrant une bonne partie de la population qui ne se soumet pas, prennent le reste en otage. Ce qui fait, par voie de conséquence, que lors de frappes aériennes, nombres de civils sont tués ou blessés. Bien évidemment lorsqu’il s’agit de frappes françaises ou américaines, les autorités se gardent bien de donner le bilan des pertes civiles. Par contre pour son entrée dans le bal aérien l’aviation russe est accablée de tous les maux !! Je fais humblement remarquer à toutes les enflures politico-merdiatiques, genre cinquième colonne, que pendant la seconde guerre mondiale, la Normandie, la Bretagne, ainsi d’ailleurs que d’autres régions de France ont subi des bombardements alliés des plus intenses qui ont détruit des villes entières, telle Nantes, et les victimes se comptent par milliers. Il n’y a pas, il n’y a jamais eu, il n'y aura jamais de guerre propre ayant pour but d’éviter les dommages collatéraux. Ni en Syrie, ni en Irak, pas plus qu’ailleurs.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Front al-Nosra a vu le jour début 2012, avec des opérations spectaculaires au cœur de la capitale Damas et des attentats-suicides. Le nombre de combattants d’al-Nosra ne dépasse pas les 6 000, dont une majorité de syriens. Abou Mohammed al-Joulani, "le responsable général", est à la tête de la formation djihadiste. Joulani est un vétéran de la guerre en Irak, où il s’est battu sous la bannière de l’État Islamique, sous le commandement de l’émir Abou Bakr al-Baghdadi. Ce dernier l’a d’ailleurs dépêché en Syrie et aidé à créer le Front al-Nosra. Cette formation est présente sur tout le territoire syrien, surtout dans les régions de l’Est. Tout en refusant la fusion entre les deux mouvements sous la bannière de l’EEIL, Joulani a voué allégeance à Al-Qaïda et à son leader Ayman al-Zawahiri. Sa formation figure désormais au même titre sur la liste des organisations terroristes bannies par les États-Unis comme par l’Union européenne. Le Front al-Nosra est pour une large part financé des mécènes syriens et des donations de la population locale.

La Brigade Tawhid avec à sa tête Abdel Kader Saleh, s’est formée dans la région d’Alep en regroupant sous sa bannière plusieurs unités et factions rebelles à tendance islamique. La brigade était la première faction à opérer dans la ville d’Alep, où elle continue de tenir la majeure partie des quartiers rebelles. En plus d’être une formation militaire, la brigade a mis en place des institutions religieuses, qui régissent la vie de tous les jours dans les régions tombées sous son contrôle. La brigade, qui compte aujourd’hui dans les 10 000 combattants, a comme but politique de créer un État islamique modéré en Syrie.

Le mouvement islamique d’Ahrar al-Cham est l’une des premières formations islamiques ayant vu le jour en Syrie. Le mouvement a réussi à regrouper plusieurs factions sous sa bannière, dont la Brigade al-Haq, présente dans la région de Homs. Ahrar al-Cham s’est renforcée avec la création du Front Islamique Syrien, présidé par son chef Hassan Aboud, ancien prisonnier politique. C’est une formation militaire et politique avec un agenda bien défini et des institutions civiles et judiciaires ad hoc. Le Front Islamique est présent sur tout le territoire syrien, principalement à Idleb, Hama, Alep et Raqqa, à l’exception de Souayda dans le sud du pays. L’armement et les munitions proviennent des stocks saisis à l’armée régulière et les financements de mécènes et d’institutions islamiques des pays du Golfe. Les combattants sont strictement syriens selon Abou Moustapha, le chef du bureau de communication du Front Islamique et des relations étrangères d’Ahrar al-Cham, qui n’a pas souhaité donner leur nombre exact. Le mouvement a comme but d’instaurer la Charia en Syrie.

L’Armée de l’Islam est une formation très récente, qui regroupe plus de 50 formations rebelles selon son porte parole, Islam Allouch. Les combattants se comptent par milliers, mais il est impossible à ce stade de déterminer leur nombre exact. Son chef Zahran Allouch est connu pour sa proximité avec l’Arabie saoudite, d’où il tire la majeure partie de son soutien politique et financier. Cette nouvelle formation est très présente dans la région de Ghouta, autour de Damas. C’est la formation la plus organisée militairement, avec un centre de commandement et de contrôle centralisé, ainsi que des unités de chars, de blindés, de défense anti-aérienne et des unités de roquettes. Accusée de "trahison" par les formations les plus radicales, qui la soupçonnent de jouer le jeu des Occidentaux, l’Armée de l’Islam s’est récemment rapprochée de la Brigade Tawhid et d’Ahrar al-Cham pour former une coalition islamique "modérée", en opposition avec le Front al-Nosra et l’EIIL.

Et la plus barbare et sanguinaire :

La création de l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL) est relativement récente, puisqu’elle date d’avril 2013. Son fondateur, l’émir de l’État Islamique Abou Bakr al-Baghdadi, avait, dans une déclaration audio, proclamé que le Front al-Nosra était une branche de l’État Islamique et annoncé la fusion des deux formations sous la bannière de l’EIIL. Déclaration qui a poussé un certain nombre de combattants d’Al-Nosra à rejoindre l’EIIL, notamment les nombreux combattants étrangers venus des quatre coins de la planète. L’EIIL compterait, comme Al-Nosra, entre 5 000 et 6 000 combattants. L’organisation ne bénéficie d’aucun soutien étatique mais de l’aide des pays du Golfe et des fonds propres de l’organisation mère, déjà présente en Irak. Ayman al-Zawahiri, chef d’Al-Qaïda, a appelé à la dissolution de l’organisation au profit du Front al-Nosra. L’organisation œuvre pour le retour du Califat islamique. L’EIIL est l’unique faction opérant d’un côté et de l’autre de la frontière irako-syrienne, ce qui lui procure un poids politique et militaire non négligeable. Les dernières semaines et les derniers jours ont d’ailleurs vu une vague "d’allégeance" des chefs des clans d’Alep, de Raqqa et de plusieurs factions combattantes à Abou Bakr al-Baghdadi, émir de l’EIIL. Pour certains de ses adeptes et théoriciens, cette évolution positionne l’EIIL au dessus d’Al-Qaïda en termes de hiérarchie.

Sources : France 24

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents