Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Achetez sur Amazon …

Publié par Vieille garde sur 11 Janvier 2016, 09:52am

Catégories : #Humeur

Achetez sur Amazon …

... Il vous restera quelques traces de dégoût dans la tête.

De boulevard Voltaire, le dernier avatar du vendeur américain :

Peu de temps avant le 31 décembre 2015, où plusieurs Allemandes se firent agresser par de « pauvres réfugiés fuyant la guerre », Amazon, le géant de la vente par Internet, se retrouvait bien embarrassé. La musique la plus téléchargée sur la plate-forme était l’hymne du PEGIDA (« Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes » ou, en français, « Les Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident »), qui manifeste tous les lundis soir depuis près d’un an à Dresde.

La plate-forme multinationale de vente en ligne ayant le souci d’une image travaillée s’est empressée de prendre son parti en affirmant que la part qu’il toucherait de la vente serait reversée en partie aux associations de migrants. Le coup était finement joué : un adepte de PEGIDA ne pouvait acheter la chanson pour soutenir l’action du groupe au risque de financer aussi les migrants qu’il dénonce.

« Et tel est pris qui croyait prendre » ! Voilà que, le même soir, des Européennes sont agressées dans les rues allemandes par lesdits migrants qu’Amazon soutient. C’est ce qu’on appelle le sens du « timing ».

D’un point de vue purement économique, Amazon vient de s’asseoir sur un petit pactole qui lui tendait pourtant les bras. Avec ces affaires de violences sexuelles, je parierais plus sur la croissance de PEGIDA que sur l’accueil des « pauvres » réfugiés en ce moment ! Mais, reconnaissons-le, Amazon a le courage de ses opinions : au moins, la multinationale a su prendre parti.

Deux choses sont terribles dans cette affaire pourtant mineure mais révélatrice.

Ainsi, dans cette affaire, on apprend que le vendeur est considéré comme lié au contenu du produit qu’il vend. Et pourtant, il semblerait plus cohérent qu’un libraire, par exemple, ne soit pas « amalgamé » dans le contenu du livre qu’achète son client même s’il est dans le top de ses ventes. Il en est de même pour Amazon, qui ne devrait pas être lié au contenu des téléchargements et achats de ses clients, même si la musique en tête des ventes est celle d’un groupe islamophobe.

Le procédé est détestable et on ne peut moins démocratique (il y une majorité d’acheteurs), mais il est méprisable de la part d’une grande firme comme Amazon de se laisser corrompre de la sorte et de devoir montrer « patte blanche ». Qui plus est, le soutien aux migrants sur les bénéfices de cette chanson est une promesse mensongère puisque le but est d’arrêter les ventes et non de donner aux migrants. En résumé, on a un vendeur qui, se trouvant taxé d’islamophobie parce que trop d’acheteurs viennent chez lui pour acquérir un produit décrié, se décide de reverser le fruit des ventes qu’il ne fera plus à des associations pro-migrants !

Enfin, Amazon a peut-être également réfléchi à long terme et pensé qu’avec le futur traité transatlantique européen, il fallait flatter la clientèle qui risquait de composer ses parts de marché : Amazon mise sur les migrants pour l’avenir de l’Europe !

Et il paraîtrait que la musique adoucit les mœurs…

 

Henri d'Aramis

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents