Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Rire à nos dépens

Publié par Vieille garde sur 18 Mai 2016, 13:10pm

Catégories : #Humour grinçant

Rire à nos dépens

Dans la série « Mieux​ vaut rire à nos dépens » dans ce monde pantagruhollandesque

Voici une conversation entre Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride !

J’ajoute que pour l’actualiser, il suffirait de remplacer Colbert par Hollande et Mazarin par Sapin !!

Je remercie au passage un mien parent qui m’a aimablement transmis par email Cette « fiscale » conversation.

_____________________________________________________________________________

Colbert :
- Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…

Mazarin : 

- Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.

Colbert :

- Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

Mazarin : 
- On en crée d'autres.

Colbert :

- Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

Mazarin :

- Oui, c’est vrai, c'est impossible !

Colbert :

- Alors, les riches ?

Mazarin :

- Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres !

Colbert :

- Mais alors, comment fait-on ?

Mazarin :

Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des honnêtes citoyens qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser ;

C’est un réservoir inépuisable.

  
Extrait du "Diable Rouge",

et c'était … il y a 4 siècles !  

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents