Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


Certains ont la figure si près des … fesses …

Publié par Vieille garde sur 8 Février 2017, 18:43pm

Catégories : #Politique, #Actualité désastreuse

… que cela sent la merde lorsqu’ils s’expriment !!

(Je n’ai plus en mémoire le nom de l’auteur de cet aphorisme, mais je le reprends volontiers à mon compte)

Pour l’heure il s’agit du premier secrétaire du parti socialiste Jean Christophe « KOATAS » alias Cambadélis, ex président de l’UNEF et toujours étudiant à 29 ans, détenteur d’une thèse effectuée grâce à une « dérogation de l'université Paris-VII tout à fait usuelle !! », c'est-à-dire sans justification de diplômes nécessaires à instruire une thèse. Voilà pour le volet estudiantin.

Voyons maintenant le volet « judiciaire de Camba (pour les intimes) : Deux fois condamné par la justice, à savoir : Dans l’affaire AGOS, en 2000, il a écopé de 5 mois de prison avec sursis et 100 000 F d’amende , pour abus de biens sociaux !! Dans l’affaire de la MNEF, inculpé d’abus de confiance et condamné à 6 mois de prison avec sursis et 20 000 € d’amende !!

Je n’ai pas oui dire que la justice lui avait demandé de rembourser les sommes détournées soit environ 224 000 € !! (voir le bonus)

Quand on a autant de casseroles judiciaires accrochées à ses basques, le moins que l’on puisse faire c’est de fermer le clapet qui sert vomir des incongruités. Or il a déclaré à la TV qui tue, BFMTV la première chaîne d’intox de France, sur l’honnêteté de François Fillon, être « dubitatif quant à son rapport à l’argent »

Quand comme lui, des bancs de l’école primaire à ceux de l’Assemblée, on n’a jamais vraiment travaillé. Quand comme lui on a vécu et bien vécu, même au moment où j’écris ce billet, aux frais du CONtribuable on se doit d’être un peu plus modeste et moins arrogant, moins moralisateur et moins accusateur public à l’endroit d’un homme qui lui, n’a pas détourné d’argent, seulement profité du système qu’un certain Cambadélis, lorsqu’il a lui-même été député (depuis 1997, soit près de 19 ans !!) n’a certainement pas craché sur les 9400 € d’indemnités pour collaborateurs. Soit dit en passant en 19 ans il aura perçu : 9 400 € x 12 x 19 soit la modique somme de 2 143 200 €. (plus de deux millions !!) On aimerait aussi TOUS les justificatifs et fiches de paie correspondants !! C'est valable pour tous ceux qui sont dans le même cas c'est à dire les 576 députés et les 356 sénateurs.

Fermer le ban.

Bonus : Extrait des malversations du député Camba : (sources : Wikipédia)

Affaire Agos : Poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux dans l'affaire Agos – Agos est une société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés – car il a bénéficié d'un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 lui ayant rapporté plus de 442 000 francs (environ 67 382 euros), Jean-Christophe Cambadélis est mis en examen en novembre 199619,20. Il est condamné en janvier 2000 à cinq mois de prison avec sursis et 100 000 francs (environ 15 244 euros) d'amende par le tribunal correctionnel de Paris21,22.

Affaire de la MNEF : Quand éclate l'affaire de la MNEF23, les médias pointent du doigt les liens connus entre l'imprimerie Efic et le député socialiste. Les enquêtes concluront, en effet, sur un système de fausses factures mis en place notamment par l'intermédiaire de cette imprimerie24. Jean-Christophe Cambadélis sera condamné dans le cadre d'un autre volet de ce scandale.

Jean-Christophe Cambadélis est mis en examen le pour abus de confiance dans l'affaire de la MNEF. Il est soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d'une filiale de la MNEF, au titre d'une activité permanente de conseil25, comme l'explique Libération : « De 1991 à 1993, c'est en qualité de « sociologue » que Jean-Christophe Cambadelis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la Mnef. Cambadelis était alors député, avec revenus afférents. Non réélu en 1993, il reçoit jusqu'en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu'administrateur « chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités ». » Seuls « trois documents manuscrits » auraient attesté du « travail » du député.

Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende par la 11e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Cette peine n'est pas assortie de période d'inéligibilité27.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents