Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les auditions sur les dîners de l’Assemblée nationale par François de Rugy ont été « rondement » menées par Michel MOREAU  secrétaire général de l'Assemblée qui semble, d’après Capital.fr très bien loti en matière de rémunération (17000 € par mois) et de logement de fonction (182 m2.) avec en prime, ce qui ne gâte rien, un majordome attaché à ses basques !! Ajouter à cela une « coordinatrice » nommée par de Rugy lui-même quand il était au perchoir de l’Assemblée. De fait il était normal et naturel que le sémillant ministre soit blanchi par « une lessive qui lave plus blanc que blanc » (Coluche). Ne nous prendrait-on pas pour des cons ? À quel citoyen sensé vont-ils faire croire cela ?

 

Il paraîtrait, d’après les conclusions des experts cités plus avant que de tous les dîners servis par monsieur de Rugy « aux grands de ce monde » et les journalistes en font apparemment partie, seuls trois de ces dîners n’auraient pas été « officiels ». On est en droit d’en connaitre le détail, les noms, qualités et le nombre des invités. Non ? Après tout, ces élus ont été placés là où ils sont par nous, le peuple, et ils dépensent allègrement et sans aucun scrupule notre argent, non ?

 

Hier sur LCI certains journalistes ont avancé, sans doute pour dédouaner quelque peu l’ex-ministre de l’écologie, que « dans un autre siècle » et dans les gouvernements de gauche comme de droite les pratiques étaient les mêmes que celles utilisées par de Rugy et que les Français n’y trouvaient rien à redire !! C’est exact, sauf que dans la France des années 1960 à 1980, dans cette période faisant partie « des trente glorieuses » (et pour cause), le niveau de vie des Français était bien plus élevé que de nos jours. Grâce à l’inflation les salaires augmentaient de façon substantielle et le chômage était inexistant. C’est pourquoi le peuple avait tendance à « pardonner aux élus et gouvernants les écarts qu’aujourd’hui ils ne peuvent plus se permettre parce que, d’une part, le niveau de vie a considérablement diminué compte tenu du coût exorbitant de la vie et que, d’autre part, conséquences de ceci, nous avons encore plus de 3 millions de chômeurs (et 9 millions de pauvres) quand il y avait le plein emploi dans ces années 60/80.

Ceci explique que les Français, qui n’en peuvent plus de suer sous le burnous, dont la plupart d’entre eux n’arrivent pas à la fin du mois avec les misères de salaires qui leur sont versés n’acceptent plus de voir leurs élus et gouvernants s’en mettre plein la panse à l’Élysée, dans les ministères, l’Assemblée, le Sénat, j’en passe de moins gargantuesques, quand eux mangent des patates (j’exagère à peine).

 

Ils n’en peuvent plus, parce que la France est en faillite, de voir la gabegie organisée au plus haut de l’état avec des vacances présidentielles à 100000 € en 2018 pour seulement 15 jours , une piscine au fort Brégançon à plus de 60000 €, alors qu’une grande partie du peuple reste entre les 4 murs de son habitation à loyer modéré (HLM).

 

Ils n’en peuvent plus, parce que la France est en faillite, de voir que le budget de l’Élysée, déjà conséquent à plus de 103 millions d’euros en 2018  vient de passer à 106 millions soit une augmentation de 3% et qui comble du gaspillage, vient d’être dépassé de 5,6 millions, quand les retraites et salaires des fonctionnaires sont gelés !!

 

Ils n’en peuvent plus de voir parce que la France est en faillite que Brigitte Macron dispose « d'un pognon de dingue » et d’un cabinet digne d’un ministre.

 

Et vous voudriez que les français acceptent de voir encore  des tables débordantes de homards, caviar foie gras et grands crus, le tout sur fond de pétales de roses ? Je crois que cette fois la coupe de ciguë est plus que pleine et si cela continue, le peuple la fera boire à tous ces gouvernants irresponsables.

Ils nous prennent pour des cons , peut-être plus pour très longtemps !!

 

 

Tag(s) : #Actualité désastreuse, #Humeur et colère
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :