Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entendu sur une radio du « sévice public », en l’occurrence « FRANCEINFO », une responsable du syndicat des étudiants « FAGE » qui doit en être à sa énième année d’université, ou faculté et qui au lieu de potasser ses livres en vue de diplômes aussi improbables qu’illusoires et débouchant directement sur une filiale de Pôle-Emploi pour un long périple d’envois de cv rejetés, nous racontait qu’elle était très remontée contre la réforme des retraites ; qu’il fallait impérativement que l’âge pivot « fatidique de 64 ans soit supprimé de la réforme et que la période « d’études longues » soit prise en compte pour le calcul de la retraite !! Pas moins.

L’envie me vient de dire à cette étudiante à vie que l’on pourrait prendre en compte, pour la retraite, les années d’études depuis la maternelle et pourquoi pas la crèche ? J’ai aussi envie de lui dire : Qu’avant de penser à une retraite (quelquefois imméritée) il fallait commencer à travailler !! Et travailler non pour sa propre retraite, pour le confort de sa petite personne mais pour celui des anciens, aujourd’hui retraités. C’est ce qu’on appelle la répartition et en quelques sortes la solidarité générationnelle. Ce que « le réac, le boomer, le privilégié » que je suis a fait pendant 43 années avant de raccrocher. Et ses 43 « annuités »(à 48 voire 60 h par semaines) que j’ai été heureux d’accomplir ont été pour payer les retraites des anciens et non pour accumuler un pécule pour moi-même. Et ça, je ne suis pas le seul à l’avoir fait. Le système, que le gouvernement actuel saborde en ce moment, existe depuis la fin de la dernière guerre et persiste encore de nos jours pour le bien des générations. Enfin presque parce que, avec les 35h, les RTT, les 3 millions de chômeurs, le désert industriel qui va avec, il sera effectivement difficile de tenir la distance, sauf à remettre tout le monde au boulot en réindustrialisant le pays à outrance. C’est possible si volonté politique il y a. Or la volonté de ceux qui sont à la barre c’est la faillite du pays.

Quant au fameux âge pivot de 64 ans, parlons-en car si un certain président irresponsable n’avait en 1981 supprimait l’âge de départ qui était de 65 ans d’une part et favoriser la mise en préretraites de nombre de salariés de plus de 50 ans, les caisses de retraites seraient peut-être excédentaires, tout au moins à l’équilibre.

La désindustrialisation du pays décrite plus haut et vous obtenez le résultat que l’on voit aujourd’hui, à savoir : l’obsession de rétablir l’équilibre par tous les moyens, même les plus vils car ce qui se profile à l’horizon 2040/2050 c’est la privatisation des retraites par capitalisation pour ceux qui en auront les moyens ; quant aux autres la valeur du point leur fera regretter le système actuel. Pour l’anecdote, je vous signale que depuis de très nombreuses années, l’ARRCO (caisse de retraite complémentaire) à laquelle je suis affilié, le point a été revalorisé au premier janvier 2019 ce qui m’a valu une augmentation de 23 centimes d’euro par mois !! Or quand on connait l’inertie des salaires et la frénésie galopante de l’inflation et des prix, cela vous donne une idée de la valeur du point de votre future retraite.

Pour finir, mademoiselle l’étudiante, oh pardon, madame, avant de réclamer « une retraite juste », il faudra songer à payer par votre travail cette retraite dont j’ai dit plus haut qu’elle était parfois injustifiée pour certains.  

 

Sur cette même chaîne d’infos intox du sévice public renommée « FRANCEINFO » un journalope expliquait à ses interlocuteurs et toux ceux qui l’écoutait, comme moi par hasard, que cette année tous les jours fériés tombent un vendredi, sauf le 14 juillet qui lui est un mardi !! Et le voilà lancé dans une série de calculs débiles considérant à faire la somme des jours d’arrêts possibles  en n’en prenant qu’un minimum sur son quota de jours de congés. Si bien que, décompte fait, sur l’année plus petits malins pouvaient bénéficier de soixante-quatre (64) jours d’arrêt pour seulement 27 jours posés !!

C’est sans doute ce qu’on appelle « une action civique » dans le jargon journalistique et gauchiste d’un fonctionnaire du service public. Un appel à cesser le travail eût été plus approprié !!

Ce pays s’en va en déconfiture, pour rester poli ; ce pays où le travail devient de plus en plus dévalorisé ; où celui-ci est le plus restreint de tous les pays développés ; ce pays qui détient aussi le record de jours chômés allongés de ponts et viaducs ; ce pays au consumérisme galopant encouragé par un président de pacotilles et son gouvernement d’incompétents est un pays en faillite en voie de disparition dans sa forme et ses fondements.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :