Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIEILLE GARDE

VIEILLE GARDE

Nouveau lanceur d'alerte. « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin). Et à force de tout approuver, l'on finit, hélas, par CAPITULER...(J.P.Drouin)


« Lampedusa : ou l'îIe de la tentation »

Publié par Vieille garde sur 22 Mars 2011, 12:03pm

Catégories : #Actualité

Voilà un sujet sur lequel nos « merdias » sont peu enclins à s’étendre. Pourtant, ce petit ilôt n’en peu plus d’accueillir ces soi-disant « nouveaux hommes libres et démocrates tunisiens » et avec eux les futurs Libyens libres !!!

Ils sont en train de reproduire ce qui s’est déjà passé avec l’Algérie ou les « nouveaux décolonisés et heureux de l’être » se sont précipités par millions chez nous au lieu de rester chez eux à manger le bon gâteau algérien.
Les habitants de cette île qui n’en peuvent plus ont eu à un moment l’envie, et on les comprend, de refluer ce « tsunami migratoire » au grand dam de la croix rouge qui a crié au scandale ajoutant que rien n’est fait pour accueillir ces pauvres migrants et que les installations qui leurs sont réservées sont dans un état déplorable. Est-ce que cette association s’est penchée sur le sort des habitants de l’ile qui sont devenus minoritaires chez eux.
S’il y a un conseil à donner au gouvernement italien c’est celui de rapatrier sur le continent les cinq mille habitants de Lampedusa et d’abandonner cette île au gré des vents de la Méditerranéee purement et simplement. De ce fait, la vague migratoire serait stoppée immédiatement et cela reviendrait bien moins cher de reloger ces 5000 Italiens par rapport au coût des dizaines de milliers de migrants qui eux grèveraient un peu plus  l’économie italienne et européenne  en général et  la France, pays d'accueil par excellence, en particulier. De plus cela ferait taire au moins pour un moment, les belles âmes généreuses (avec l'argent des autres) qui se désespèrent qu'on n'en fait jamais assez.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents